We are the others #1 : Le premier marathon de Claudia

Deux soeursClaudia, c’est la chaleur de la Sicile. C’est le sourire rayonnant. C’est l’accent italien que tu détestes parce que tous les mecs adorent ça. Saleté de Monica Bellucci va…

Je me rappelle la première fois que j’ai vue Claudia. Extravagante, stylée, sexy. Une nana qui ne passe pas inaperçue, toujours de bonne humeur.

Bref une fille pas du tout comme moi quoi. Et je ne l’ai même pas totalement détestée. Si si, j’vous jure.

Du coup, quand elle m’a proposé de me donner ses impressions sur son premier marathon pour les partager avec vous, je n’ai pas hésité.

Il faut reconnaître que moi je n’ai pas vraiment tendance à être dans la top motivation des troupes. Non parce que dans le genre grande tige en bois tordu qui se pète un truc tous les 4 matins je me pose là…

Pour une fois ça vous fera rencontrer quelqu’un d’un minimum enthousiaste. XD

Voici le récit d’une grande expérience, menée par une fille pétillante et sucrée comme une bulle d’Asti (ça déchire l’Asti).

Claudia

Le récit d’une tortue qui est fière d’être une tortue. Un de mes proverbes italiens préférés dit : “chi va piano va sano e va lontano”: qui va doucement arrive loin, et sain et sauf.
Et oui… Je suis arrivée loin. Car jamais dans ma vie j’aurais pu imaginer réussir cet énorme défi personnel.


Il y a 3 ans je participais à ma première course de 10km et je n’avais pas dormi de toute la nuit précédente. Et bien… Cette fois-ci c’est la semaine entière avant le marathon qui a été complètement privée de ces précieuses nuits de sommeil tellement recommandées.
Je ne faisais que culpabiliser… Autour de moi tous mes amis runners étaient à fond depuis des mois avec leur plan d’entraînement et leurs précautions alimentaires et moi… Et bah… Moi je dois toujours commencer ma prépa sérieuse : seulement des SL le dimanche avec mon Boost Les Abbesses et beaucoup de voyages et soirées… Voilà… À ne pas prendre comme exemple.

bisou

Le jour avant la course, je me sens comme le jour avant l’examen plus difficile de ma vie. J’ai envie de dire à tout le monde : ” Salut, demain je fais le marathon ! “. Enfin, en réalité, je pense ” Salut, demain je vais mourir “. Mon chéri est là. Je suis heureuse. Je n’arrête pas d’envoyer des messages à tous, surtout à Khadi : ” Khadi, j’ai peur… On doit dormir “. Évidemment, je n’ai pas dormi. Je me lève à 6h pour mon petit-déj healthy, 3 heures avant le départ. Je n’ai pas faim, mais je me force. À 8h, on est tous devant notre point de rdv avec mon boost et les autres amis runners. Je n’arrête pas de rigoler car je suis nerveuse. Très nerveuse. Et quand je suis nerveuse, je rigole. Batou me donne ses derniers conseils : ” Claudia, surtout, reste concentrée… Ne prend pas de selfies ! “. On se souhaite tous bonne chance et hop, je suis dans mon SAS de départ avec Nadia (ma copine de course) et mon ami Jonathan. Mon chéri me donne les derniers bisous derrière les barrières.

Philippe

On est parti. On contrôle notre allure. Il fait super chaud mais je ne souffre pas. Le soleil me fait du bien. On arrive au km 10… Jusqu’ici tout va bien. Mon premier lièvre Philippe est là, il m’accompagne jusqu’au 20e km. Je suis bien.. On papote de tout, mais je dois faire pipi…Dans le Bois de Vincennes, je cherche un arbre mais rien… Impossible de se cacher… Je continue donc… On arrive au km20 où je recroise mon chéri, et où je retrouve Christine (ma deuxième lièvre).

Christine

Je suis bien, et oui, je fais même des selfies et des petites vidéos. Je souris en pensant à Batou… Sur le chemin je croise Alain qui court un peu avec nous. Puis les tunnels et là oui, je commence à souffrir. Les mollets sont brûlants, et au 25e km mon genou gauche commence à me faire mal… Mais je me dis : ” Allez, on arrive bientôt au km30… Tout commencera là-bas… ”

drôles de dames

Je suis angoissée, je commence à avoir peur du fameux mur… Je l’attends… Et il est là, devant moi ! Le km30… Une bouffée d’émotion m’envahit… Surtout car à peine avant d’y arriver j’entends la chanson italienne qui dit : ” te vojio beeeeene assajeee ” (je t’aime bcp)… Je ne comprends pas pourquoi !! J’ai l’impression de rêver, car juste au km30 il y a mon chéri qui m’attend pour courir les 12 derniers km avec moi. Mes amies Claire et Omayra sont là aussi. Je pleure… Je les vois et je pleure. Ils me bombardent de vidéo et photos. J’espère ne pas avoir une sale tête, je suis heureuse car je me sens bien… Je rigole et je parle encore… On continue.

Floriane

C’est parti pour la partie la plus difficile. Je croise Vivien, on s’encourage avec un regard rapide… Christine me laisse au km33. J’ai chaud et mon genou commence à lâcher. Je n’arrête pas de boire et je prends mon premier gel. Claire et Omayra me crient dessus ” alleeeeez ” et ça m’aide beaucoup… Mon chéri me dit : ” je suis fier de toi… ” Je pleure presque mais je continue.. Les pompiers nous arrosent et ça me fait super du bien. Au km36 je vois Matt et Floriane qui se lance sur moi pour courir un peu avec moi comme promis. J’ai encore envie de pleurer mais je résiste. Je ne peux plus parler et je commence à souffrir sérieusement… Je dis ” j’en peux, plus je veux arriver là bastaaaa ” . Au km38 je prends mon 2e gel… Oh la la, trop difficile en courant… Et ça colle!

bastaaaaa

Oui, j’en ai mis partout mais j’apprécie le mélange que j’ai fait avec les oranges… Et oui je sais, ça fait pas trop sexy mais on s’en fout ! On est dans le Bois de Boulogne… Les gens marchent autour de moi… Il y en a qui tombent comme des mouches… Je ne veux pas regarder… Je parle beaucoup dans ma tête… Je pense à toutes les personnes qui croient en moi et à ma famille qui était super inquiète… Je me dis : ” porca miseria, j’ai bientôt fini ” … Fini ? Les 5 derniers km ont été les plus longs, les plus horribles… Les ambulances n’arrêtent pas de passer parmi nous… J’ai peur de tomber… Ça me stresse… Je me répète qu’il ne faut pas lâcher… Je croise mon amie Insaaf… Heureuse de la voir car j’étais préoccupée par sa blessure… On arrive au km40… Un homme âgé se bat à côté de moi… Il a tout mon respect… Je retrouve Nadia, que j’avais perdue au km18. Elle va bien et nous fait un grand sourire.

nadia

Puis le mirage : les toilettes !! Désolée, je vais enfin faire pipi après 5 heures de course !!! Je ne sens plus les jambes… Mes amies et mon chéri n’arrêtent pas de m’encourager… Omayra me rappelle qu’au km41, il y aura LA photo qui sera publiée en live sur Facebook. Pour une fois, je ne suis pas contente… Pas vraiment envie mais bon, en même temps je pense à mes parents qui me suivent en direct… ” Ça va les rassurer “. Et hop, grand sourire devant les caméras !

photo officielle

Il reste le dernier km… Je prends donc mon dernier gel “coup de fouet” et je me lance dans un incroyable sprint final… Même mes amies ont du mal à me suivre… Elles me lâchent seule avec mon amour… Allez, les derniers mètres… Les larmes montent, j’ai du mal à respirer à cause de l’émotion… Le public se fait entendre… Je vois Amadou qui me crie en faisant des photos… J’entends Khadi m’encourager comme une folle… Elle a fini depuis un moment. Je pleure, oui, je pleure car j’arrive… Jarriveeeeee !!!

Et me voilà marathonienne. Je savoure le moment de remise de la médaille. Je vois Nadia et Vivien et hop photo ! Je retrouve Éméline, Khadi, Élodie et les autres copains pour déguster un bon Burger avec frites. On marche tous comme des canards… On se moque bien de nous-mêmes…

médaille

Et bien je suis heureuse, et je me souviendrai toujours de cette journée. Et à tous ces gens qui me disent : ” Quoi ? T’as mis plus que 5 heures ? T’as marché ? ”

J’ai envie de répondre : ” Oui, et tu sais quoi ? J’ai adoré !!! ”

Oui j’ai adoré, et j’ai la sensation que maintenant, plus rien ne pourra m’arrêter dans la vie…

Claudia Rome

Claudia résume parfaitement l’idée qu’on se fait de la course à pied : aller plus loin, dépasser le point qu’on ne pensait même pas pouvoir atteindre, le faire pour soi.

Et partager avec les autres 😉

Merci Claudia :-*

Photographes, n’hésitez pas à vous identifier pour qu’on rajoute les crédits 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *