Prépa marathon #4 : On augmente le rythme

Donc à la fin de la semaine 4, le désespoir nous a peu à peu gagné devant l’ampleur de la tâche.

On parle souvent de distance mythique, mais c’est surtout le gouffre entre espoirs et réalité qui est mythique.

Bref, pas de prépa tranquilou-bilou pour les MattFlo.

Semaine 5 : dépression.

Je me sens un peu comme une femme enceinte, le gros ventre et les nausées en moins. Humeur changeante, entre la dépression et l’euphorie, je m’extasie d’un rien après m’être sentie comme la pire des nazes…

Je fatigue déjà, je force beaucoup à la salle de peur d’avoir mal aux jambes pendant la course, du coup je suis moins performante quand je cours.

Le dimanche on teste la vraie sortie longue de la prépa, peut-être il est vrai un peu tôt : 30km.

J'ai envie d'une saucisse !

J’ai envie d’une saucisse !

Un cool event organisé par les AR Bastille avec barbecue à l’arrivée à Cergy. Ou comment s’éclater la panse après s’être éclatés les jambes. Je kiffe les barbecue, donc j’y vais uniquement pour ça. C’est pas pour la course, parce qu’il faut être un peu con pour faire 30 bornes par 30 degrés. Non ? Je sais que je serai la lanterne rouge, mais j’essaie de ne pas me faire reléguer. Matthieu reste avec moi, ce qui le casse un peu plus (on a déjà parlé de cette histoire d’allure…).

Yohan bride les chevaux sauvages du groupe, et me demande régulièrement si ça va. Décidément c’est vraiment l’un de mes leaders AR préféré, et c’est pas parce qu’à chaque fois que je l’ai vu il a fini le run torse nu. Promis.

La fin est très compliquée, avec forte douleur au dos et fatigue générale. Karim, #TeamVélo, reste avec nous en soutien moral, mais Matthieu a déjà envie de tuer tout le monde.

Quelques saucisses et côtes de bœuf plus tard (et ouais les gars, on est pas végé dans la Team!), on rentre comme des blobs à la maison. Je congratule Matthieu, on a quand même fait 30 bornes bordel. Mais c’est vrai que c’était pas glorieux.

On a quand même fait 30 bornes bordel. Même si on est rentrés à la maison comme des blobs...

On a quand même fait 30 bornes bordel. Même si on est rentrés à la maison comme des blobs…

En vrai dans ma tête c’est pas la fête. 30Km en 3H30, il reste 12km avant de pleurer sur la ligne d’arrivée. C’est la dépression.

 

Semaine 6 : on augmente le nombre de km, c’est pas les 10km du Touquet qu’on prépare.

Réveil rude le lundi.

J’ai ma maman au téléphone : elle me demande mais quelle idée que j’ai eue de m’inscrire à ce truc. Si seulement je le savais ma pauvre maman.

C’est pas grave, telle une bipolaire fan de Lady Gaga, je fais ma Poker Face en disant que ça va pas être si dur que ça. C’est un challenge. Tu m’étonnes John.

J’intensifie le training, avec un RDV sympa à La Villette avec le coach pour un circuit training.

circuit-training-villette

Je fais un footing où tout se passe au poil, je suis le roi du monde.

On fait une sortie longue qui se passe mal, je suis au 36e dessous, et je continue de creuser.

La valse des humeurs continue, mais j’essaie de ne pas le montrer (j’y arrive ou pas ???). Si je joue à l’hystérique dès maintenant, ça va être compliqué dans 4 semaines. Et je trouverai jamais un bon parti si on me prend pour une folle (désolée chéri).

Genre Matthieu il était obligé de prendre son vélo pour me suivre pendant mon footing tellement j'étais rapide !

Genre Matthieu il était obligé de prendre son vélo pour me suivre pendant mon footing tellement j’étais rapide !

Bilan à mi-parcours : vivement la suite.

On rampera s’il le faut, mais on passera cette foutue ligne d’arrivée.

Matthieu menace d’arrêter la course, mais même pas peur : j’essaie de lui dire que c’est juste un mauvais moment à passer, comme quand on t’arrache les dents.

Coach a l’air satisfait. C’est bien, il en faut au moins un.

On clôture donc la semaine 5 avec 35,8km, et la semaine 6 avec 32,3km.

Damnn, vivement la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *