Histoire d’une course #16 : Le Marathon de Londres 2017, par Poney Fou

Le Marathon de Londres… Ou comment 3 mois du pire font ressortir le meilleur 🙂

Toutou - youtou

Toutou – youtou

Il y a quelques mois (juin 2016), j’ai tenté l’inscription pour le marathon de Londres.

J’ai le minima chrono et l’adresse pour m’inscrire, il est 16h, la clôture est à 18h. Manque de chance (déjà), je n’ai pas la facture qui me permet de valider…. Bref retour à la case départ, Londres ne sera pas pour 2017…

Août, je réfléchis, je réfléchis… Je contacte finalement « Sportif à Bord », les seuls à qui il reste des dossards à prix intéressants… BANCO avec copine Laetitia…

Voila j’envoie… Et là, je me dis : motus, celui-ci tu le vivras pour TOI 🙂

C’est le 13ème: kiffffe!!

Hey, c'est là je vais courir

Hey, c’est là je vais courir

C’est chose faite, me voilà en route pour Londres 2017 avec Laetitia et avec Coach Mathieu.

Je vous passe la prépa chaotique : froid de janvier… fracture de fatigue mi février du pied… reprise mi-mars… bronchite asthmatique à 2 semaine du marathon… Bref comme dit coach Mathieu: ça pouvait pas être pire comme prépa…

Nous voila à Londres Samedi matin, on récupère le Sésame ! Vague bleue, dossard 62139.

Départ dimanche 10h (11h en France).

Je vous passe la visite de Londres en bus, les pompiers bouclant notre hôtel quand on arrive samedi midi… la pasta party et tout et tout.

On récupère les dossards et tout

On récupère les dossards et tout

Dimanche 23 avril, il est 5h30 : debout

Ça pique la rétine comme on dit, mais faut y aller. Petit déj avec mes collègues : Laetitia, Nicolas, Camille, et mon éternel café au lait / tartine confiture 🙂

Le bus part à 7h, on est environ 150 coureurs français. Nous prenons le dernier bus, je fais des blagues, je dors, bref tout va bien lol

Manque plus que le café au lait et les tartines-confiture

Manque plus que le café au lait et les tartines-confiture

Nous arrivons a Greenwich (célèbre nom d’un fuseau horaire lol), lieu de départ : un champs, des grandes tentes, des écrans géants en pleine nature…

On se pose là tous les 4, je pars dans la même vague que Nicolas et Camille. On parle, on rigole… Je suis en sac poubelle… Bref on est classe.

Puis 9h30 direction les SAS, check à tous.

Collection Automne-Hiver 2017, le sac poubelle en tant que pièce iconique

Collection Automne-Hiver 2017, le sac poubelle en tant que pièce iconique

Mathieu m’a dit : départ en 5’10 pas plus vite et on voit…

Bon bah j’ai rien écouté. A force de ne pas me faire violence, je me dis que là, j’y vais au talent lol

Ça passe tant mieux, ça passe pas tant pis : pour une fois j’aurai pris des risques. Je sais que je vais me faire fâcher 🙂

Départ : Km 0 = public énorme et très enthousiaste… Si c’est comme ça sur 42km, ça va être la folie dans mes oreilles lol

Je cours, je cours… Tout se passe bien.

Km 10, 1er gel … Et oups, je fais tomber celui prévu pour le 36éme KM ( le dernier quoi)… Bon donc ça sera 3 gels pour ce marathon hein, c’est pas grave 🙂

Km 19, petite pose pipi … Ça va pour le moment je suis en dessous de 5 minutes au km… Je me sens bien et ça tient. Les jambes, le souffle, tout va…

Pouce, je joue plus

Pouce, je joue plus

Km 20 on passe enfin sur Tower Bridge, on rentre enfin dans le marathon…

Énorme, magnifique, mais j’avoue que ça fait déjà 20km que ça crie dans mes oreilles (pourtant les anglais ils sont pas expressifs normalement !!) et à cet endroit c’est pire… Ambiance de folie !!! Mais toujours pas de Harry en vue !!

Après le pont on a une portion de 3 km où on croise les km 32 à 35. Je vois les premiers, impressionnant !!! Ils ont une foulée de folie, c’est chouette, c’est beau…

Bon voila… Je commence à avoir mal aux jambes… On en est au 23ème, 24éme km… Je me dis « Karine… Karine… lâche pas au moins jusqu’aux 30 quoi !! T’es pas là pour faire des colliers de nouilles ni pour enfiler des perles !! »

Bon je lâche pas , mais je sais je vais souffrir d’ici peu lol

Km 26, on va pour rentrer dans un tunnel et là, j’entends mon prénom tel un mirage en plein Sahara : Montain et Adrien sont au dessus du pont et m’encouragent. AHAHA cette bouffée de bonheur, je suis HEUREUSE (preuve en photo lol)

Toutou - Youtou bis Les mecs, je m'envole !

Toutou – Youtou bis
Les mecs, je m’envole !

Voilà on arrive a 32/33km et là je souffre. Mes jambes n’ont pas fait de sorties longues, les antibios de la semaine dernière sont là… Comment dire, je ne cherche pas d’excuse, mais j’ai des sensations de crampes qui arrivent. Je m’arrête plusieurs fois, 5 je crois… A chaque fois j’arrose mes jambes et je repars.

Je croise les coureurs en face qui sont au 21ème km… Je vois le mec déguisé en rhino….

Je pense à Yanko, avec qui j’ai fait NYC, car je prends des bonbons offerts par le public entre les ravitos (des espèces de pâtes de fruits…). N’ayant plus rien, ne prenant pas de solide, il me faut du sucre (et puis de toute façon y’a pas de solide ici…)

Je fais attention aussi depuis le 10ème Km, ici il y a des ravitos d’eau tous les 3km… Autant te dire que si tu bois à chaque fois, tu finis en chameau…

Faut vraiment qu'on passe sur ce pont là ??

Faut vraiment qu’on passe sur ce pont là ??

Je calcule le chrono… Hors de question de faire plus de 3h50… Déjà plus de 3h45 ça me ######

J’arrive pas à marcher de toute façon… Et j’en ai marre (oui oui …) Ça va bien, mais toute cette foule et ces cris, c’est trop pour moi lo. Alors gogogo, je m’accroche jusqu’à l’œil de Londres (la roue qui fait peur lol).

Km 40, là je me dis, « Karine on y va… T’as mal, on a tous mal… Et t’en as marre… »

Je reprends, je me dis que la douleur ne durera pas plus de 15 min, et que 15 min c’est rien, et que 2km 195 c’est environ 5 tours de stade.

On arrive vers Big Ben. Truc rigolo, lors du marathon, quand il y a beaucoup de monde, ils ouvrent des voies bis au dernier moment ! J’ouvre donc une voie de 20m longeant Big Ben (et oui ça reste classe quand tu es la première je trouve, même si c’est que 20 m !!).

Puis là on rejoint l’allée qui mène au Château de la Reine (qui est pas là !! SYMPA !!), rond point devant puis l’allée avec tous les drapeaux pour le finish, où j’accélère..

Je souffle tel un poney, vraiment… Je veux arriver, j’en peux PLUS !!!

Les gens crient (mais là c’est cool)! et hophophhop 3h47!

Dis maman, c’est quand on arrive ? Y sont où Kate et William ?

Bon au final…

J’aurai pas vu Kate, William et Harry qui étaient sur le parcours et qui distribuaient les médailles… (tant pis, je veux pas briser de cœurs en même temps )… On court pas à gauche pour doubler mais à droite…

Je suis heureuse… Mon chrono n’est pas celui que je voulais, mais je suis contente de m’être battue et d’avoir tenté… Et puis pourquoi pas rêver en grand !!!

Ça me servira de leçon ces 3 mois (hein Coach Mathieu… Maintenant on sait que je sais me faire violence), tant humainement que sportivement. Ce 13ème marathon se résume pour moi en quelques mots : humilité, apprentissage, patience et persévérance. Je suis heureuse et fière. J’ai souffert certes mais j’ai eu l’audace d’y croire.

Hey les gars, mattez ma nouvelle écharpe en peau de Wookie !

Hey les gars, mattez ma nouvelle écharpe en peau de Wookie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *