Prépa marathon #9 : Une fois ça suffisait pas

BIM ! Après 3 mois (4 mois ?) sans nouvelles, je me sors les doigts de l’oreille et je vais faire un tour sur le blog. Il faut dire que vous êtes sans cesse en train de me relancer pour avoir un nouveau CR de nos aventures !

Evidemment, ceci est une blague. En 4 mois d’absence (5mois ?), aucune foule en délire ne s’est matérialisée à ma porte et mes chevilles n’ont pas enflé à ce point.

Cela dit, il est clairement temps que je me remette en selle. Déjà, parce que ça ne sert à rien que j’aie cassé les roubignolles de Matthieu et Arnaud pour l’hébergement du site si je n’écris rien dessus.

Ensuite parce qu’on est à nouveau en prépa marathon. Ça serait dommage que je ne partage pas avec vous mes entorse (oui, encore), bilans négatifs, cassages de gueule dans la rue et autres anecdotes hautement anecdotiques qui permettent à tout le monde de relativiser sur sa propre pratique du sport.

Enfin parce qu’Arnaud a déjà fait un CR de son séjour dans les Causses (pas l’Ecosse hein, le mec aime le comique de répétition mais pas à ce point-là) et que je ne l’ai toujours pas publié (je sais, méchante).

BREF, commençons doucement par un petit bilan de cette nouvelle préparation. Déjà la moitié de fait. Restent 6 semaines.

 

Le projet.

Au départ, je voulais ne faire des marathons qu’à l’étranger. Quitte à participer à nouveau à ces conneries (pardon maman, je ne suis pas devenue moins vulgaire en 5/6 mois), autant se casser ailleurs.

Malheureusement, le calendrier ne collait pas. Alors on s’est rabattus sur une autre chose. Les copains voulaient un marathon, ils ont choisi Bordeaux.

Bordeaux c’est la maison.

Tous les ans on participe à la course, sous divers formats. Ne manquait que le marathon.

Les copains le font.

Je sais pas. J’ai pas vraiment réfléchi.

Voilà, on est inscrits.

J’avoue que dit comme ça, on voit que ça me fait pas rêver. Je vais pas mentir, j’avais pas envisagé de m’y inscrire un jour. Mais tous les copains y vont. Tous les copains font le marathon. J’ai jamais fait la partie hors de Bordeaux. Aller, ça va être fun.

Bon chacun sa définition du fun, ne revenons pas là-dessus.

Au fait, j’ai précisé que tous les copains le faisaient « ensemble » et que moi je le faisais « toute seule » ?

Les bonnes résolutions.

Pour la prépa, j’ai pris plusieurs bonnes résolutions, qui marchent plus ou moins bien.

  • Je ne bois plus d’alcool depuis le 1er

Certains arrêtent 2 semaines avant, d’autres pas du tout. Moi j’ai pris l’option maillot brésilien. Perso, ça ne me gêne pas. Je ne suis pas moins sociable parce que je n’ai pas une pinte à la main, je ne me sens pas frustrée, ça ne me pose pas de problème de commander un coca zéro au bar ou un thé au jasmin au resto chinois.

Cela dit, 2 trucs me posent problème : 1/ j’ai développé une addiction aux sodas sans sucre, et ça ça craint, 2/ c’est impressionnant ce sexisme ambiant quand tu fais une commande groupée au bar. 3 pintes et un coca, le coca est forcément pour moi. T’aurais fait quoi s’il avait été pour mon pote Romain ? Tu lui aurais dit « désolé de voir que tu prends une boisson de gonzesse » ? Merde quoi.

  • J’ai commencé un régime. Ne polémiquons pas, et tentons un peu de réflexion. 64kg sur les genoux pendant 42km, c’est mieux que 70kg. Je ne parle pas de graisse ou de muscle. Je parle vraiment du poids d’impact. Je ne me prive pas, j’essaie juste de manger bien. Bon vus les résultats, je devrais peut-être me priver un peu plus. On va pas se mentir, il n’y a guère de chance que les 64kg soient là sans leurs petits copains supplémentaires le 25 mars. Tant pis.
  • Je m’astreints à une séance de yoga / pilate / étirements et à des exercices de planche journaliers. Ne revenons pas sur ces deux idées à la con. C’est clairement pas une réussite.

Le plan.

Au niveau running à proprement parler, j’ai décidé de suivre le plan que Coach Maxime m’avait préparé il y a 2 ans. On ne change pas une équipe qui gagne. C’était passé la première fois, je me dis que ça sera pareil cette fois-ci.

La vérité c’est que je suis en bien moins bonne forme qu’à l’époque. La preuve sur le semi de Naples il y a 2 semaines (CR à venir, je le jure).

Aujourd’hui je ne sais pas comment le marathon va se passer, et j’avoue ne pas être confiante. Je pensais essayer d’être indulgente avec moi, le sport est universel, chacun ses résultats et sa progression, tu t’en moques de ce que les autres pensent de toi.

En réalité, le plus compliqué c’est ce que toi tu penses de toi.

 

Aller, c’est pas tout ça, mais vous et moi on va reprendre en douceur.

RDV en semaine 9 pour faire un nouveau bilan. Entre temps j’aurai perdu 6kg et gagné 1’30/km.

#OhWait

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *